Quelles sont les distinctions clés entre une EURL et une SARL en matière de ressources ?

mars 1, 2024

Dans l'odyssée de la création d'entreprise, les futurs dirigeants se retrouvent souvent au carrefour des décisions statutaires. Deux options se détachent fréquemment : la SARL (Société À Responsabilité Limitée) et l'EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée). Ces formes juridiques pourraient sembler jumelles à première vue, elles sont pourtant distinctes et adaptées à des projets entrepreneuriaux variés. Pour faire un choix éclairé, il convient de se pencher sur les spécificités qui séparent ces deux structures, notamment en termes de capital social, régime fiscal, responsabilité, et formalités de création. Cet article va vous aider à naviguer entre ces nuances et à sélectionner la voie qui se mariera parfaitement avec votre vision d'entrepreneur.

SARL et EURL : définition

La SARL est cette structure solide bâtie par au moins deux associés, ou plus, qui mettent en commun des ressources pour mener à bien un projet commercial. Le capital social est alors divisé en parts, attribuées selon l'apport de chacun. Au sein de cette configuration, un pacte d'associés peut être envisagé pour prévenir tout désaccord futur concernant la gestion ou l'évolution de l'entreprise.

A voir aussi : Le salaire d'un entrepreneur: ce que vous devez savoir

L'EURL, quant à elle, est l'incarnation de l'indépendance entrepreneuriale. Un seul et unique acteur tient les rênes de l'activité, possédant la totalité des parts. C'est la SARL mise à la dimension d'un seul homme ou d'une seule femme. Si d'aventure, un nouvel associé venait à rejoindre l'EURL, cette dernière se métamorphoserait en SARL.

Pour des informations plus détaillées sur les différences entre EURL et SARL, vous pouvez consulter ce site d'origine.

A découvrir également : Pharmacie de garde les dimanches et jours fériés dans le 92

La divergence des régimes fiscaux

Le régime fiscal

Bien que l'EURL et la SARL aient la liberté de choisir entre l'impôt sur le revenu (IR) et l'impôt sur les sociétés (IS), elles ont chacune une inclination naturelle. La SARL se voit souvent régir par l'IS, alors que l'EURL, initialement, se soumet à l'IR. Cette dernière offre toutefois la possibilité à l'entrepreneur de basculer vers l'IS, choix irréversible qui peut être influencé par la nature de l'associé unique. Si celui-ci est une personne morale, l'IS devient incontournable.

Nomination du gérant

La figure du gérant est cruciale, car c'est elle qui pilote l'entreprise. Dans une SARL, le gérant peut être choisi par les associés ou directement inscrit dans les statuts. En revanche, dans une EURL, l'associé unique est de facto le gérant, sauf s'il désigne explicitement une autre personne pour cette fonction.

Régime social des dirigeants

Le statut social du gérant varie également. Dans une EURL, le gérant associé unique est soumis au régime des travailleurs non-salariés (TNS), tandis qu'un gérant non-associé relève du régime des assimilés salariés. Cela influence la couverture sociale et les cotisations. Pour la SARL, si le gérant détiennent moins de 50% du capital, il est assimilé salarié, sinon il est considéré comme indépendant.

Copyright 2023. Tous Droits Réservés